Endométriose : 1 femme sur 10 concernée

L’endométriose est une maladie gynécologique dans laquelle on retrouve du tissu de l’endomètre en dehors de l’utérus. Cette maladie touche en moyenne, 1 femme sur 10 ; 1 femme sur 2 atteignant la pré-ménopause ; et 38% des patientes infertiles. Les symptômes sont très divers et différents en fonction des personnes et de l’atteinte des organes. Parmi les plus fréquents ; on retrouve, des douleurs durant les menstruations, des règles abondantes et/ou irrégulières, des migraines, une fatigue intense et bien sûre dans certain cas l’infertilité…

Quels sont les traitements ?

Certains moments de la vie tel que la grossesse ou encore la ménopause permettent de stopper naturellement les symptômes de l’endométriose en maintenant les fonctions génitales à l’arrêt. A d’autres périodes de la vie, et en fonction des femmes, les pilules contraceptives peuvent être assez efficaces. Il existe également des traitements médicaux comme le danazol ou des analogues de la Gn-RH. Quand l’atteinte devient plus importante, les patientes doivent avoir recours aux traitements chirurgicaux comme la laparoscopie, laparotomie, l’hystérectomie … Tous ces traitements ont leur limite et possèdent pour la plupart beaucoup d’effets secondaires.

Qu’en est-il des compléments alimentaires ?

En traitement de première attention, il est recommandé de se tourner vers des solutions plus naturelles afin de limiter ces effets secondaires. Il existe un certain nombre d’actifs qui ont prouvé leur efficacité dans le domaine. Par exemple, la N-acétyl cystéine possède une véritable action sur la diminution du développement de lendométriose. Une étude sur 92 femmes (avec laparoscopie programmée) pendant 3 mois a montré une diminution de la douleur ainsi qu’une réduction de la taille des kystes endométriosiques(1). Il a été constaté que 24 de ces femmes avaient annulé leur laparoscopie suite au traitement.

Certains probiotiques tel que les Lactobacillus Gasseri ont eux aussi montrer leur efficacité sur la diminution du développement de l’endométriose et de la douleur. Une étude sur 66 femmes a montré une diminution de la douleur sans effet secondaire(2).

Quant au Resvératrol, antioxydant naturel présent dans certains fruits (mûres, raisins…), il potentialise l’action du contraceptif sur la douleur selon une étude sur 42 femmes avec endométriose sous contraceptif (3).

Il est possible d’associés ces 3 actifs à des anti-inflammatoire naturels tel que l’Ecorce de pin maritime, le Curcuma ou encore le Zinc.

D’autres part, parce que ces femmes souffrent au quotidien, il est conseiller de prendre du Magnésium ou encore du L-Tryptophane pour leur action relaxante et positive sur le moral.

Enfin, la synergie d’antioxydants vitamines A, C et E se trouve être le complément idéal afin de protéger les cellules de l’endomètre. 


TÉLÉCHARGER NOTRE LIVRET D'INFORMATION SUR L'ENDOMETRIOSE

(1)Porpora & al A promise in the treatment of endometriosis: an observational cohort study on ovarian Endometrioma reduction by N-acetylcysteine Evid based compl alt med 2013

(2)Hiroyuki & al Lactobacillus gasseri OLL2809 is effective especially on the menstrual pain and dysmenorrhea in endomteriosis patients cytotechnology (2011)

(3)Maia&al Advantage of the association of resveratrol with oral contraceptives for management of endometriosis related pain inten jour of women health 2012