Une alimentation variée et équilibrée

Il est nécessaire de surveiller votre poids afin d’avoir un Indice de Masse Corporelle situé entre 20 et 25. Être en sous poids (IMC inférieur à 20) peut engendrer des carences qui diminuent la fertilité1. A contrario, être en surpoids2 (IMC supérieur à 25) peut perturber le cycle hormonal. 

Selon une étude effectuée auprès de 17 000 femmes, un régime alimentaire associé à un contrôle de son poids et à une activité physique régulière, pourraient permettre de tomber plus facilement enceinte en diminuant les troubles de l'ovulation.

 

L’arrêt du tabac

Le tabagisme joue aussi un rôle néfaste sur la fertilité. Une étude4 à démontré que la fécondabilité d’une femme fumeuse était 30% moins élevée que celle d’une non fumeuse. Ce résultat est plus élevé si le conjoint est également fumeur. Les répercussions du tabagisme sur les organes reproducteurs féminins sont nombreuses :
• accélération du vieillissement ovarien
• avancement de l’âge de la ménopause
• diminution de la qualité de l’endomètre
• altération de la fonction ovarienne par diminution de la qualité des ovocytes.

La diminution de la consommation d’alcool 

Une consommation excessive d’alcool nuit à la fertilité5 et peut avoir des effets graves sur le fœtus. Lorsque la grossesse est confirmée et pendant toute sa durée, l’alcool doit être totalement évité.
Il est également très fortement recommandé de supprimer les drogues avant et pendant la grossesse. Parlez-en à votre médecin.

La diminution de la consommation de caféine

Une consommation excessive de café, thé ou cola risque de réduire vos chances de concevoir un bébé5. La caféine peut altérer l’ovulation. Si vous ne pouvez pas vous en passer, limitez-vous à deux tasses maximum par jour.

La gestion du stress

Plusieurs études ont révélé qu’un état d’anxiété diminue les chances d’avoir un enfant en provoquant une diminution, voire une absence d’ovulation lors des périodes de très grandes tensions et d’angoisses. Une équipe de l’université de Pittsburgh School of medecine a constaté que les femmes présentant des taux élevés de cortisol (hormone traduisant un état de stress) ont des absences d’ovulation.

1. C. Cortet-Rudelli L’intervention nutritionnelle dans la prise en charge des troubles de l’ovulation – Revue française de gynécologie et d’obstétrique 1999
2. S. Le Goff et al – Obésité et reproduction : revue de la littérature Gynécologie, Obstétrique et fertilité 2008
3. Novembre 2007 - « Obstetrics and Gynécology »
4. « Cigarette smoking and fertility in women end men » de Sepaniak S, Forges t et Monnier- Barbarino P publiée en octobre 2006, le tabac a des effets nocifs avant et après la conception
5. the initial fertility consultation recommendations concerning cigarette smoking, body mass index and acohol and cafeine consumption. Nov 2001 - American journal Obstetrics and Gynecology